Accueil
  Calendrier des animations
  Liens
  Le bourg en chiffres
  Le bourg en images
  Tourisme et hébergement
  Patrimoine Histoire

 
 
Four à Turquoises      

1. Le Mémoire de Réaumur

Le 13 novembre 1715, était lu dans l'assemblée publique de l'Académie Royale le mémoire de M. de Réaumur contenant ses observations sur les mines (minerais) de Turquoises du royaume. Il y indiquait que :"les mines du royaume qui donnent des turquoises sont dans le bas Languedoc proche de la ville de Simorre, aux environs, comme à Baillasbatz et à Laymont " et qu'il avait travaillé sur des échantillons provenant de ces mines mais qu'il n'avait pu se rendre sur place.
Il précise que les minerais y sont connus depuis 80 ans.
Ce mémoire relate que ces minerais ont des formes de dents et que les parties qui n'étaient pas recouverte d'émail, mises au feu deviennent turquoise en prenant la couleur bleue. Réaumur se demande " Mais de quels animaux sont ces dents ? C'est ce que je ne sais point encore. " Il pense à des " animaux de mer car on n'en connaît point de terrestres qui en ont de pareilles ". On trouve aussi des morceaux longs et ronds que G de la Brosse (1628) a nommé " licorne minérale ". L'exposé se poursuit par la description du four et de sa chauffe. A la fin il y est montré des gravures de dents et la coupe d'un four avec ses éléments.

2. Dom Brugèles
Dans ces fameuses chroniques éditées en 1746, le moine bénédictin de Simorre y indique que l'on " trouve des mines d'une espèce de pierre dont on fait par l'opération du feu des turquoises…Il y a quelques années que l'on n'y travaille plus ".

3. L'exploitation de ces mines
Les archives du Parlement de Toulouse contiennent l'enregistrement de lettres patentes données par le roi en 1674 pour l'exploitation par Martin Maréchal d'une mine de turquoises à Simorre ( Arrêt de la cour d'avril 1676).

4. Utilisation des turquoises de Simorre 
Elles servaient entre autres pour l'ornement des reliquaires, des livres religieux et joyaux de tous genres. Mais la couleur bleu turquoise s'altérait au contact de l'air et la pierre devenait fragile. Les joailliers ne voulurent plus les travailler. Ce fut la fin de cette industrie simorrainne.

5. Ce que Réaumur ignorait
Les minerais étaient bien des dents d'animaux. Ceux-ci étaient des mastodontes dont les restes étaient fossilisés. Les " licornes minérales " n'étaient autre que les défenses de ces proboscidiens.

6. Le four à turquoises
Un four a été mis à jour à Baillasbats et des études sont en cours pour connaître son origine et sa fonction.


.: accès rapide Turquoise de Simorre

1. Le Mémoire de Réaumur | 2. Dom Brugèles | 3. L'exploitation de ces mines | 4. Utilisation des turquoises de Simorre | 5. Ce que Réaumur ignorait | 6. Le four à turquoisese
  Maire de Simorre - Place de la mairie - 32420 SIMORRE - tél: 05 62 65 30 22 - fax : 05 62 65 35 37